LA ROQUE EN QUESTIONS - 7 - MAI 06

Editorial

Merci à tous les lecteurs de La Roque en Questions qui ont pris le temps de répondre au questionnaire du numéro 6 de notre lettre. Nous en rendons compte dans la page 2. Ces réponses alimentent notre réflexion sur des thèmes importants et en particulier sur la vocation de notre village.
 
Dans l’éditorial de LA ROQUE INFO d’avril, le maire avait qualifié la lettre de l’ADEPI de « papiers divers ». Il a attribué les actions de notre association contre ses irrégularités de procédures lors du vote du 6 mars sur la vidéosurveillance à « un habitant du village ». Devons nous lui rappeler que notre lettre et nos démarches sont celles d’une association et sont signées de son président.
 
La profusion et le ton des revues municipales illustrent en effet la fièvre électorale qui agite le maire à l’approche des échéances. Cette débauche de communication témoigne de son impatience à déclarer sa propre candidature. Les promesses fleurissent et le toilettage de bilan a commencé.
 
Dans ce contexte, nous continuerons à éclairer les Rocassiers sur la réalité de son bilan de 12 ans de gestion du village. Nous mettrons tout en oeuvre afin que notre village ne connaisse plus la situation d’une élection avec une liste unique comme c’était le cas en 2001.
Jean-Pierre SERRUS—Président de l’ADEPI  

QUESTIONS A LA MUNICIPALITE

* La municipalité a reculé devant les actions de l’ADEPI lors du vote précipité du conseil municipal pour la pose de vidéosurveillance sur le cours Foch et la mairie pour un budget de 50 000 €.

* Le maire s’en offusque et n’a pas pu se retenir d’en faire la une de « La Roque Info » d’avril 2006.
Sans avoir consulté la population sur un sujet aussi sensible, il pense que son avis est forcément le bon et il accuse l’ADEPI de faire perdre 24000€ de subvention.
En l’absence de preuve de l’efficacité de ce système et de son acceptation par les villageois, nous pensons au contraire faire économiser les 26000 € non subventionnés.
La Roque Info étant une revue payée avec l’argent public, le maire pourrait il respecter un minimum d’objectivité ?
 
* Des logements sociaux sont attribués dans la plus grande discrétion.
Combien y a-t-il eu de demandes de la part de Rocassiers?
Combien de logements ont-ils été attribués à des Rocassiers?
Quelle est la procédure d’analyse des demandes et les règles d’attribution mises en œuvre par la municipalité?
Quelle garantie de transparence le maire peut il donner?
 
* Le budget de la maison de l’enfance fait régulièrement l’objet d’augmentations importantes pour atteindre 2 millions d’euros. Ces augmentations sont liées a une mauvaise évaluation des travaux (état de la rue des Rosiers, coût de la démolition en raison de la nature des matériaux, etc.). La municipalité pourrait-elle indiquer le coût réel de cet équipement qui ne créera pas une seule nouvelle place de crèche?
 
* L’ADEPI demande depuis 2 ans la création de places de crèche ou halte garderie dans le cadre de ce projet et la municipalité n’en a pas tenu compte.

* La construction de 100 logements sur les aires sud compliquera encore le stationnement aux abords du village. Quelles sont les solutions prévues?
* L’aménagement du cours Foch est régulièrement annoncé. Quand la population sera-t-elle associée au devenir de cet espace si important dans le coeur de nos anciens?

* La première fête de la cerise a été créée en 1997 par l’association « LES MINOTS » qui en a assuré le succès jusqu’à la 6ème édition de 2002. La municipalité a alors tout mis en œuvre pour écarter l’association, récupérer l’idée et organiser une pâle copie. A-t-elle vraiment la légitimité pour fêter un 10ème anniversaire de cette fête?

* Les 2 seules pages consacrées au sport dans le magazine municipal 2006 ne présentent aucun sport collectif. Depuis combien d’années n’y a-t-il plus d’équipes aux couleurs du village ?
L’ADEPI dénonce l’absence d’équipements et de politique en faveur des sports collectifs de nature à rapprocher les jeunes et à prévenir la délinquance.

* Le tarif journalier d’occupation du cours Foch est fixé à 560 €. Est-ce abordable pour les associations du village ? Qui paye et qui ne paye pas?

* La piscine municipale fonctionnait au début du mandat du maire qui est responsable de sa fermeture et de sa dégradation. La municipalité croyait s’en décharger en cédant ce dossier encombrant à la CPA. La présence d’un cloaque au cœur du village et l’absence d’équipement nautique et sportif sont dénoncés par une majorité de Rocassiers. Devant ces réalités, le maire fait à nouveau marche arrière.
Comment peut il sérieusement déclarer dans La Provence que sa volonté est de récupérer cet équipement à la CPA et d’étudier sa réhabilitation? Comment réagir lorsqu’il déclare que les études pour cela nécessiteraient 4 années? L’ADEPI dénonce ce gaspillage d’argent public et cette perte de temps de la part de la municipalité.
 
 
* Le maire avait déclaré en janvier 2006 dans "la Provence" que La Roque était citée en exemple dans la région pour son calme et sa tranquillité.
Trois mois plus tard, la municipalité change radicalement d’avis: l’insécurité est telle qu’il est urgent de protéger les biens publics avec des caméras de surveillances pointées sur le cours Foch et les abords de la Mairie?
L’enregistrement permanent de ce qui se passe sur les 2 principaux lieux de rassemblement public est –il de nature à lutter efficacement contre une délinquance qui touche tout le territoire du village ?
N’est il pas un peu simpliste de penser que quelques caméras compenseront les lacunes de la municipalité en matière de prévention?
Quelle est la politique globale de lutte contre la délinquance?
 
  
* Le projet de maison de retraite médicalisée de 60 lits n’a pas reçu l’accord et le soutien du CG 13.
Le projet de Collège n’a obtenu à ce jour aucune décision concrète.
Ces deux projets ont pourtant fait l’objet de déclarations tonitruantes de la part de la municipalité. Le maire n’avait il pas déclaré leurs réalisations comme des certitudes lors de la cérémonie des vœux?
L’ADEPI demande moins de précipitation dans les déclarations et une vrai concertation avec la population sur de tels projets.
 
 
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :