Mise en ligne sur le Blog ESPRIT VILLAGE d'un texte du Maire Jean Louis TUCAN relatif au débat budgétaire

Publié le par esprit-village

Le maire a décidé de diffuser sur le Blog AGIR ENSEMBLE 3 textes qui expliquent sa position sur le débat d'orientation budgétaire.

Nous pensons utiles de le mettre en ligne sur le blog ESPRIT VILLAGE. Voici donc les textes intégraux diffusés en vert, par ordre chronologique:


Publié le 10/03/2010 à 09:16 par agir-ensemble

"DEPENSES DE FONCTIONNEMENT

 

CHARGES EN PERSONNEL :

Elles sont évaluées à 3.160.000 € .Soit une hausse prévisionnelle de 53.000 € par rapport à 2009 (3.107.730 €).

La seule hausse inévitable liée aux changements de grade et d’échelons est d’environ 15.000 € et un hausse des salaires que nous ne fixons pas nous-mêmes de 1 % entraine en année pleine une charge supplémentaire de 30.000 €

On peut donc parler d’une prévisible stabilisation de la masse salariale.

CHARGES A CARACTERE GENERAL

Elles comprennent entre autres choses les frais d’entretien du matériel, de maintenance, les primes d’assurance, les honoraires divers, les frais de poste et de téléphone, les taxes diverses, les frais d’alimentation, l’électricité, l’entretien des voiries et de la forêt etc.…

Elles sont estimées pour 2010 à 1.400.000 € soit une hausse de prés de 8 % par rapport aux dépenses réalisées en 2009.

AUTRES CHARGES DE GESTION COURANTE

C'est-à-dire les subventions, SDIS, CCAS, indemnités des élus etc.…

Elles sont estimées à 690.000 € (717.213 € en 2009)

DOTATION AUX AMORTISSEMENTS

580.000 €  (854.000 € en 2009)

AUTRES CHARGES

Intérêts des emprunts …

70.000 € (84.471 € en 2009)

VIREMENT A LA SECTION D’INVESTISSEMENT

100.000 €

 

Très cordialement ,

J.L.T."

 

Publié le 10/03/2010 à 20:04 par agir-ensemble

 

"Bonjour,

Avant de passer au budget d’investissement, il me semble bien de vous exposer un peu notre démarche et notre réflexion. Nous sommes en période d’orientation et d’arbitrage, cela n’est pas fait au hasard et correspond à nos convictions.

 Nous ne prétendons pas tout savoir et avoir forcément raison, nous n’affirmons rien, nous ne donnons de leçon à personne, nous étayons nos décisions et les assumons.

 L’avenir nous dira si nous avions tord ou non. En tout cas nous essayons de laisser le moins de place possible au hasard dans cet avenir et ne ferons rien qui puisse le compromettre.

 

Je rappelle tout d’abord que les chiffres que je donne sont une contribution au débat budgétaire et non les chiffres définitifs du budget.

 Le prochain vote concernera le budget primitif de la commune. On peut dire que ce budget et presque définitif en matière de fonctionnement, par contre pour les investissements le budget supplémentaire qui reprend les excédents de l’année précédente, joue un rôle plus important.

Toutes les propositions d’investissement qui sont faites sont à analyser d’une part en fonction de ce budget supplémentaire et d’autre part en fonction des notifications attendues pour les demandes de subventions.

Il est certain que l’absence de subvention ou une insuffisance peuvent conduire à  renoncer ou à reporter un investissement.

 

Compte tenu de la crise, de la nécessité de diminuer les dépenses et de dégager des capacités d’emprunt nous espérons (et nous ferons le nécessaire pour cela) pouvoir avoir moins dépensé que prévu au 31 décembre 2010. C’est en effet à cette date que l’on peut porter un jugement vraiment objectif sur un budget et sa gestion. .

 

En matière de charge en personnel nous pouvons arriver à ce résultat :

Par un taux d’absentéisme moins élevé

Par le non remplacement des agents absents sur des périodes très courtes

Par un étalement des congés facilitant la gestion des absences et évitant un recours systématique aux emplois saisonniers.

Par un effort des agents pour diminuer les charges à caractère général.

En effet par ailleurs les choses sont simples il n’y a pas de licenciement possible hors faute grave et procédure spéciale.

 

Nous prenons cependant en compte d’autres éléments de réflexion :

Même si l’emploi n’est pas une compétence communale à proprement parler, en cette période de croissance du chômage, la Mairie ne doit pas selon nous contribuer à cette aggravation, au  contraire.

S’adresser à des entreprises privées ferait –il faire des économies sur le budget de fonctionnement ? Cela est une vraie question. Quel serait le cout de confier le service public au secteur privé.

Le dogme de l’abaissement de la masse salariale n’a d’intérêt que si le budget de fonctionnement diminue, sinon c’est une position doctrinaire sans plus.

L’économie générale de la commune a-t-elle intérêt  à, en quelque sorte,  importer de la main d’œuvre extérieure par le biais d’entreprises qui viendraient d’ailleurs assuré le service au public ?

Ne vaut-il pas mieux que l’argent de La Roque « tourne » dans La Roque ?

Nous sommes déjà obligés, de nous tourner vers l’extérieur pour les grands travaux soit parce qu’il n’y a pas chez nous d’entreprise correspondante soit parce que celles qui le sont ne sont pas intéressées et ne réponde pas aux appels à la concurrence. Alors quand c’est possible autant ne pas exporter notre argent.

Et la disponibilité ? Quand se pose un problème aigu la réactivité du privé serait-elle la même que celle de nos employés municipaux ?

Donc nous préférons contrôler les dépenses de personnel plutôt que de « tailler largement » dedans.

 

En matière d’investissements voici quelques unes des réflexions qui vont orienter les propositions de l’équipe majoritaire.

Les équipements projetés sont –ils nécessaires ou superflus, sont-ils pharaoniques ou à l’échelle de la commune.

L a Roque est-elle sous équipée ou non ?

OUI selon nous bien qu’il faille relativiser ce sous équipement.

Depuis 1985 on a assisté d’abord à un arrêt complet puis à une reprise progressive surtout à partir de 1998. Cette reprise étant freinée par le manque de moyens lié aux échéances bancaires pour rembourser les emprunts. On peut malgré tout rappeler la réfection du centre ancien, la maison des associations, la salle Hector Anglade, L’office de Tourisme, la caserne des pompiers qui est propriété de la commune, La maison de l’enfance etc.…

Nous disons qu’il est nécessaire de refaire et de mettre aux normes toutes les cuisines des cantines scolaires et celle de l’oustau d’où l’idée d’une cuisine centrale qui au total nous couterait moins cher.

Il y a un manque évident d’équipements sportifs, la gestion du quotidien depuis 15 ans nous le rappelle chaque jour.

Les services techniques sont dispersés dans le village par manque de place d’où l’idée d’un centre les regroupant tous.

De nombreuses rues sont mal éclairées et manquent de trottoirs.

Il nous faut un collège, nous l’avons obtenu du Conseil Général, mais l’aménagement des voies d’accès nous incombe.

La crèche actuelle est-elle suffisante ? Non, les locaux ne sont pas aménageables pour faire mieux  Il faut donc en construire une nouvelle dans les années à venir .La construire dans le cadre d’un pôle enfance entre la cuisine centrale et la maison de l’enfance nous parait une idée à explorer.

 

Faut-il faire ces équipements maintenant en situation de crise économique et donc de situation financière tendue ?

A notre avis il faut au moins essayer de le faire.

D’abord parce que lancer des équipements c’est en profiter dans 4 ou 5 ans.

Attendre la fin de la crise C’est en profiter dans 8 ou 1à ans

Faut-il prolonger ce relatif sous équipement aussi longtemps ? Pour nous il faut au moins essayer d’éviter cela.

 

Ces travaux vont –ils nécessiter de faire des emprunts ? OUI c’est certain.

Ces emprunts peuvent-ils être supportés par la commune ?

OUI dans une certaine mesure qu’il faudra savoir ne pas dépasser sans être pour autant frileux.

Les taux d’intérêt sont-ils corrects ? Oui selon nous, mais cela ne durera pas, par contre si la sortie de crise est accompagnée d’une petite reprise de l’inflation comme beaucoup d’économistes le disent, nous pourrions tirer un certain bénéfice des emprunts faits actuellement à taux assez bas.

Ces équipements qui seront remboursés pendant une vingtaine d’années profiteront-ils à ceux qui les rembourseront ? Nous disons oui car il ne s’agit pas de fantaisies mais de nécessités. Dans ce cas l’emprunt nous parait légitime.

Il ne s’agira pas de rembourser du « vent »mais des choses bien concrètes, utiles et utilisées par les gens du village.

Ces investissements vont –ils générer des frais de fonctionnement supplémentaires ? OUI mais de façon relativement modeste car il s’agit souvent de regroupement de services existant déjà.

Voilà quelques éléments de réflexion pour expliquer les orientations budgétaires en matière de fonctionnement telles que je vous les ai présentées ces derniers jours et celles en matière d’investissements que je vais développer dans les prochains jours.

 

Très cordialement

Jean-Louis TURCAN"

 

  

Publié le 11/03/2010 à 21:55 par agir-ensemble

Comme convenu je reviens vers vous pour vous communiquer les éléments concernant l’investissement.

Ce budget est complexe car il inclut des recettes et des dépenses qui en fait sont des reports de dépenses engagées l’année précédente ce qui les rend « neutres ».

L’important étant les dépenses réellement nouvelles qui sont proposées et les recettes que l’ont peut « mettre en face ».

Dans les dépenses il y en aura fatalement qui seront à cheval sur deux exercices (2010 et 2011)

Dans les recettes il y a celles qui sont certaines et d’autres qui sont raisonnablement attendues parce que « discutées » avec les structures qui attribuent des subventions mais pour lesquelles il faut attendre les notifications d’une part pour arrêter une décision définitive quant à la réalisation ou non du projet et d’autre part parce qu’il n’est pas permis de commencer des travaux avant la notification officielle .

Dans ces recettes le budget supplémentaire pourra inclure tout ou partie des excédents des années précédentes qui devraient être autour de 750.000 € (chiffre définitif sera arrêté lors des comptes de gestion et des comptes administratifs).

Les dépenses d’investissement incluent également le remboursement du capital des emprunts et une multitude des « petites dépenses » qu’il serait trop long de détailler et qui ne rentrent pas à proprement parler dans le débat qui précède les choix et les arbitrages définitifs. Choix et arbitrages sur lesquels nous reviendrons lors du Budget supplémentaire notamment en fonctions d’éléments nouveaux éventuels et des notifications de subventions.

Voici donc les projets qu’il nous parait possible de mettre en route dès cette année, avec des possibilités de chevauchements sur deux exercices.

350.000 € pour l’achat d’un terrain de 1600 m² avec villa plein centre vile pour une éventuelle future crèche. Si ce projet devait être abandonné la revente de ce bien se ferait sans perte d’argent pour la commune à notre avis .Il ne s’agit donc pas d’une dépense risquée.

250.000 € pour la rénovation du stade M. Bouchard

250.000 € pour le parking des Aires dont je rappelle qu’il s’agit d’une dépense obligatoire car financée par des taxes spécifiques .Compte tenu du fait que ces taxes perçues sont incluses dans les excédents , cette dépense figurera probablement au Budget Supplémentaire .

2.600.000 € pour le centre technique municipal.

534.000 € pour la halte garderie de la rue du Temple.

140.000 € pour l’aménagement de terrains de sport au Plan d’eau.

1.700.000€ pour le complexe sportif du quartier du collège. Probablement inscrit au budget supplémentaire toutes les démarches administratives n’étant pas terminées probablement avant 6mois.

230.000 € pour l’école de musique

200.000 € pour travaux rue jeanne d’Arc

500.000 € pour une première tranche de travaux sur les façades de l’Hôtel de Ville .Travaux urgents en raison de problèmes de sécurité.

Sont aussi envisagés, les demandes de subventions ont été faites et sont en attente de décisions et de notification (prévues pour mai-juin):

Réfection des rues du Poilu, Paul Cézanne, de la place Paul Cézanne et le l’avenue Adam de Craponne .Pour un montant estimé à 1.800.000 € ces travaux se trouveraient à cheval sur deux exercices.

Pour tout cela un emprunt de3.500.000 €est à prévoir pour l’exercice 2010  si tout pouvait être réalisé.

Je rappelle que les sommes indiquées sont TTC et que la TVA sera récupérée l’an prochain et servira en partie d’autofinancement pour les investissement futurs.

 

J’espère que tous ces éléments auront éclairé le débat de façon claire, simple, sans prétention et non polémique, c’est du moins le but poursuivi. Toute remarques et /ou suggestions  faites dans le même esprit sont les bienvenues que ce soit sur ce blog ou par courrier adressé en Mairie à mon nom ou à Robert Villevieille qui me remplace lors des hospitalisations.

Je vous remercie de l’attention que vous avez bien voulu accorder à ces différents textes.

Merci également au « modeste comptable », à TD et à tous ceux qui ont contribué à ce débat avec dignité objectivité et compétence . « Modeste comptable »Vous êtes trop modeste , même si je ne partage pas toutes vos opinions vos analyses sont pertinentes ,quant à TD vous êtes un opposant , bravo d’avoir bravé les interdits en venant sur ce blog.

Très cordialement

Jean-Louis TURCAN"



Vous pouvez réagir en rédigeant un commentaire sur ce blog d'ESPRIT VILLAGE.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
<br /> demandez lui !<br /> <br /> <br />
Répondre
A
<br /> Ah bon?<br /> Alors pourquoi le maire s'est opposé en 1995 à "ses amis de notoriété public", et pourquoi a-t-il voulu réparé les dégâts?<br /> C'est un non dit?<br /> <br /> <br />
Répondre
A
<br /> le commentaire précédent à le mérite de nous éclairer sur les non-dits de ce village !<br /> <br /> <br />
Répondre
D
<br /> Mais de quels amis parlez vous ?<br /> <br /> si vous entendez par amis les précédentes Municipalités, il faudrait tout de même que vous preniez en compte que Monsieur Jean Louis Turcan était et de notoriété publique un ami pour ne pas dire<br /> plus, de ce qu'il dénonce aujourd'hui !<br /> Quand donc vous déciderez vous à regarder vers le futur ?<br /> <br /> Et vous? qu'avez vous fait et où étiez vous en ce temps là ?<br /> <br /> <br />
Répondre
R
<br /> Serge,<br /> <br /> Réfléchir, c'est anticiper pour ne pas dire de grosses bêtises comme monsieur Serrus qui se demande pourquoi en 15 ans peu d'équipements ont été faits. Tout simplement parce-que la municipalité<br /> devait rembourser une dette énorme laissée par vos amis.<br /> <br /> <br />
Répondre