Le texte de notre rubrique dans La Roque Info de JUIN 2010

Publié le par esprit-village

Voici le texte que nous avons adressé pour notre rubrique dans la ROQUE INFO de JUIN

 

Et si la majorité nous faisait un peu plus confiance ?

Plusieurs  exemples récents illustrent le comportement surprenant de certains élus de la majorité à l’encontre des élus de l’opposition qu’ils ont plaisir à qualifier de « minorité ».

Nous avons appris presque par hasard lors du Conseil Municipal du 5 mai dernier, que le maire avait signé une délégation de pouvoir générale à son premier adjoint depuis le mois d’octobre 2009 (soit depuis  7 mois). Robert VILLEVIEILLE a convenu de l’absence de communication  de cet arrêté du maire, en expliquant « que ce n’était surement pas à lui d’en parler ». Nous aurions préféré plus de spontanéité et plus de transparence sur un sujet important qui concerne tous les Rocassiers.

Lors de ce même Conseil Municipal, Nicolas GRAVEL a interpellé Georges GIELY sur une comparaison des comptes administratifs de 2009 avec ceux de 2008.  L’adjoint aux  finances a répondu que ce n’était pas le sujet du jour et qu’il « en avait assez » des polémiques. Les échanges et les désaccords entre majorité et opposition sont des fondements de la démocratie locale. Nous posons des questions pour avoir des réponses et pour confronter des avis différents.  Certes la majorité peut avoir le dernier mot du vote, il n’en demeure pas moins que nos interventions peuvent parfois inspirer des réorientations de la majorité (nous l’avons bien observé lors du budget).

 

Nos interventions  peuvent également éviter des erreurs grossières. Ce fût le cas à l’occasion d’un courrier avec coupon réponse du premier adjoint à des employés municipaux pour les inciter à travailler volontairement et bénévolement un dimanche dans le cadre d’une manifestation organisée par la commune. Ce courrier exposait la commune sur le plan du droit du travail. Sur notre conseil, le premier adjoint s’est engagé à envoyer un second courrier précisant qu’il ne s’agissait pas d’une injonction.

 

Un dernier exemple illustre le peu de concertation. Jean Maurice MATHELET et Jean Pierre SERRUS sont tous les deux des ingénieurs intervenant sur les disciplines du développement durable. Jean Maurice sur l’impact environnemental, jean Pierre sur l’énergie et le bilan carbone.  Tous les deux ont alerté les élus du Conseil Municipal sur le manque de pertinence évident de la transformation de la chaufferie gaz existante du bâtiment des ISCLES (ancien Plan d’Eau) par une chaufferie au bois. Cela d’autant plus que le bâtiment en question a une fréquentation irrégulière (peu  adaptée à une chaudière à bois). Une étude d’opportunité de 3575 € apparait comme une dépense publique bien inutile. Malgré ces remarques, les 22 élus de la majorité ont voté cette dépense.  La majorité s’est tout de même engagée à aborder le sujet en commission du développement durable. On aurait peut être pu commencer pas cela ! Nous remarquons d’ailleurs que les commissions ne se réunissent que rarement (commission des sports, commission de la culture, etc.).

 

Notre commune traverse une situation délicate. Dans ces circonstances particulières nous tendons la perche aux élus de la majorité en les conviant à plus de confiance à notre égard. Ils ne feraient là que respecter le score étriqué de mars 2008 et donneraient plus de cohésion à notre village.

 

Vraissemblablement, ce texte sera imprimé en tout petits caractères sur une demi page. Il sera donc difficile à lire. 

 

Un premier geste de la majorité pourrait être de l'imprimer sur une page entière.

 

 

Et si notre appel était entendu.....

 

 

Vous pouvez réagir en rédigeant un commentaire sur ce blog.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L

fétides. Disculpa me.


Répondre
P

Fétride??


Répondre
L

Une chose est nouvelle au village: la puanteur abominable. J'ai vu le commentaire de "curieux" sur le blog de la majorlté qui a posé une question sur le sujet. Il a apparemment été satisfait de la
réponse qu'on lui a donné. Moi, je ne le suis pas. Les interventions des services techniques de la municipalité - ont-elles de fait eu lieu - n'ont manifestement eu aucun effet. L'odeur d'égoûts
continue à être immonde.
Apparemment, on prévoit de faire des travaux pour améliorer les réseaux d'assainissement du village et on construit même de nouveaux réseaux pour la route Ste-Anne. Ne pourrait-on pas commencer par
faire en sorte que les habitants du centre de la ville puisse profiter un peu des senteurs provençales, plutôt que de ces odeurs fétrides.

Que diront les touristes qui se boucheront le nez en écoutant les récitals de piano de cet été ?


Répondre
E

Et si c'était beaucoup mieux comme ça à la Roque Illusions perdues?
Les querelles de clocher vous manquent?

Pour une fois qu'ils arrivent à être raisonnables, vous allez tout de même pas nous les réveiller!


Répondre
I

c'est bon le silence, peut-être!!! mais cela ressemble au carmel!! N'y a-t-il plus rien à dire à La Roque? Ou bien êtes-vous tous partis en vacances!!!A bientôt de vous lire!!!


Répondre