Le maire s’entête sur son projet de 35 « maisons de Ville » dans les collines

Publié le par esprit-village

Le Maire et son adjoint à l’urbanisme avait réuni hier soir le comité consultatif à l’urbanisme et des représentants des riverains du terrain de la Rabassière pour une réunion de présentation du projet immobilier de 35 logements sur un terrain communal.

Dès le démarrage de la réunion, l’adjoint à l’urbanisme a indiqué que le choix d’un promoteur était fait par le groupe de la majorité. Il restait donc au promoteur choisi de présenter les modifications de son projet par rapport à la version de la première réunion.

Jean Pierre SERRUS s’est étonné que ce choix « soit fait » par la majorité municipale, en l’absence de toute discussion avec l’opposition, et malgré la pétition des riverains qui démontre que ce projet est mal accueilli.

A son habitude, le maire a fait marche arrière en déjugeant son adjoint. Le choix ne serait pas définitif, mais il est bien avancé……

Le promoteur a ensuite présenté les aménagements du projet. On passe de 37 à 35 « maisons de ville » (selon l’expression même du promoteur). Une dizaine de ces maisons bénéficieront d’un dispositif d’aide à l’accession à la propriété pour des logements dont le prix, selon qu’il s’agisse de T3 ou T4, variera entre 150 000 € et 190 000 € (toujours selon le promoteur).

Outre cette réduction de 2 logements, le promoteur a présenté des modifications sur le plan de masse qui augmentent les distances des « maisons de ville » avec les villas des riverains, et donnent plus de place aux espaces plantés. Le projet est de ce fait plus aéré.

Les participants ont abordé le sujet de la commercialisation de ces logements, sur un marché difficile et dans un contexte de crise économique. Le promoteur est disposé à prendre ses risques mais le succès de la commercialisation est pour le moins incertain.

De longs échanges ont montré que ce n’était pas le plan d’aménagement qui était au centre du différent entre la majorité et les riverains, mais bien l’opportunité de ce projet de 35 « maisons de ville » à cet endroit.

Jean Pierre SERRUS a dénoncé l’absence de démarche structurée de la part du maire  dans la conduite de ce projet immobilier sur un terrain communal.  Quatre questions auraient dû faire l’objet d’un vrai débat :

Quel est le besoin exact en matière de logements et plus particulièrement en matière d’accession à la propriété pour des rocassiers ?

Quel est l’intérêt financier pour la commune, qui doit gérer au mieux ses réserves foncières dans un contexte économique très difficile ?

Quelles sont les incidences techniques de l’implantation de ce projet sur les réseaux, sur les équipements communaux et sur le fonctionnement de ce quartier ?

Comment ont été pris en compte les avis des riverains ?

Les représentants des riverains ont rappelé qu’une pétition de près de 100 signatures avait été présentée au maire. Ils ont demandé une réunion publique.

Malgré les carences de fond du dossier et malgré les oppositions, le maire s’est entête sur la réalisation de ce projet immobilier à la Rabassière et a annoncé un prochain passage en conseil municipal.

L’abandon du PLU, l’abandon du stade synthétique, la consultation de bureau d’étude pour l’implantation d’un gymnase et à présent ce projet de 35 « maisons de ville » dans les collines démontrent de la part du maire l’absence de vision et de projet d’urbanisme pour notre commune.

Vous pouvez réagir en rédigeant un commentaire sur ce blog.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
lol com 6
Répondre
A
La roque est tout simplement un village sinistré, tout le monde le ressent, cette majorité à tout fait pour détruire et anéantir les bonnes volontés à des fins électorales, elle n'a pas protégé ses<br /> citoyens et a donné et donne raisons et moyens à des personnes "douteuses", n'a aucun dynamisme, aucune imagination,et manque du plus élémentaire bon sens.<br /> Il faut d'abord et avant tout que ce village se retrouve,il faut arrêter de vouloir se faire aussi grosse que le bœuf !!!<br /> enfin la bonne nouvelle de l'histoire c'est que la grenouille a......! et oui !!!
Répondre
A
Comment parler de développement durable et valider en même temps un projet à forte densité dont la situation entrainera une importante augmentation du trafic automobile?<br /> Qui dans ce secteur excentré n'utilisera pas sa voiture pour ses déplacements quotidiens vers le village? (que notre maire se rende à pied à la mairie pendant une quinzaine, cela le fera réfléchir,<br /> surtout en remontant!) Ayons une pensée pour tous ceux qui, habitant en aval, auront à subir ce trafic (La forte pente entraînera forcément un bruit important: décélérations, relances dans la<br /> côte...) Et pensons un peu au visage que prend peu à peu le centre du village où le parking commence à devenir problématique. Création d’une zone bleue à la Roque... cela devient ridicule. Quel<br /> village voulons nous pour l'avenir ?. La solution est- elle vraiment dans le "toujours plus"? C'est simplement la douceur de vivre de notre village qui est en jeu.
Répondre
R
La parole et l'avis des Rocassier n'est pas pris en compte,ce n'est pas la peine de faire celui qui écoute tout le monde, de jouer le Monsieur bonhomme bien brave, pour mieux tromper son<br /> monde.Cette bonhomie apparente ne parvient pas à masquer l'incompétence, le manque de vision prospective. L'usure de cette liste est criante.
Répondre
D
De voir mes collines livrées en pâture à des promoteurs pour satisfaire le clientélisme électorale et autres intérêts particuliers , entre autre par un adjoint qui arrive d'on ne sais où et qui<br /> repartira une fois de plus nous laissant au prise avec les problèmes me met hors de moi.<br /> Assez ! nous en avons assez !
Répondre